22/06/2007

Les Katas Shito Ryu

Grand Maître: Ryozo Tsukada

 

"Le but du Karaté-Do est d'essayer de dépasser le physique pour développer le moral. Concrètement, on ne peut le faire qu'à travers un travail de répétition. Je sais que les Européens ont un peu de mal à répéter mais sans répétition, on oublie et on ne peut donc pas s'améliorer. Ce n'est pas parce qu'on ne voit pas le sommet de la montagne au milieu des nuages qu'il faut croire que l'on est arrivé en haut. Non ! La répétition va dissiper les nuages. Dans le Karaté, il n'y a pas de potion magique, il n'y a que la répétition. Mais il ne faut "jamais oublier l'esprit du début", le "Sho Shin Ni Kaere".

Ryozo Tsukada - 7ème Dan de Karaté Do Shito Ryu

 

Les Katas Shito-ryu:

 

Le terme Shito est la contraction de "Shi" qui fait référence à maître Itosu ( Ito peut se prononcer Shi ) et de "To" pour maître Higaonna ( Higa peut se prononcer To ).

Ce style à été créé par maître Kenwa Mabuni. Son emblème est celui de la famille Mabuni : il symbolise l'harmonie et évoque deux personnes qui concourent à maintenir la paix dans un cercle.

 

Le successeur actuel à la tête de l'école est le fils de Kenwa Mabuni : Keneï.

 

caractéristiques techniques:

Le Shito-ryu prend à la fois du Shuri-te et du Nahate.

Il est marqué par la subtilité et la vitesse.

Les techniques s'appuient sur la mobilité du bassin, les déplacements du corps et la déviations des attaques.

 

Les katas:

 

Kenwa Mabuni transmet 49 kata dans l'école Shito-ryu :

        12 kata de Konryo Higaonna et de Chojun Myiagi

        23 kata d'Anko Itosu

        10 autres kata de différent maîtres

        4 kata de sa composition.

 

Certains maîtres contemporains ont encore complété la liste, si bien qu'actuellement, on peut en dénombrer près de 120.

 

les Pinan:

 

Pinan Shodan: Le premier des Pinan n'est pas le plus facile. Il reprend des techniques que l'on retrouve dans Kôsôkun Daï.

Le Kata en vidéo: Pinan Shodan

 

Pinan Nidan: Le plus facile des Pinan en tout cas techniquement. Pourtant son exécution est rendue très ardue par la succession de techniques longues et basses (on retrouve l'origine Shuri-té).

Le Kata en vidéo: Pinan Nidan

 

Pinan Sandan: Ici les techniques sont plus courtes. La vitesse laisse un peu la place à la puissance. Ce kata laisse apparaître des temps rapides et des temps respiratoires.

Le Kata en vidéo: Pinan Sandan

 

Pinan Yodan: On retrouve ici des enchainements de Kôsôkun Shô. A noter le coup de genou accompagnant le second kaï.

Le Kata en vidéo: Pinan Yodan

 

Pinan Godan: On se rapproche des enchainements que l'on retrouvera dans les katas supérieurs. On notera le mikazuki geri et le coup de coude avant le kaï ainsi que la rotation des hanches lors des 2ème et 4ème techniques.

Le Kata en vidéo: Pinan Godan

 

Katas respiratoires:

 

Sanchin: Le kata Sanchin est issu du Naha-té. C'est le kata fondamental du style Gojû-Ryû. Même s'il est un peu moins pratiqué en Shitô-Ryû, il reste quand même un kata très important pour le travail de la puissance et de la coordination musculaire.

Les techniques de Sanchin semblent simples mais demandent une longue pratique pour saisir le sens du kata. Stabilité, tension et surtout respiration sont les mots clés qui s'articulent autour de la position Sanchin-dachi.

 

Tenshô: Le kata Tensho (Paume) a été créé par Chôjun Miyagi. Il s'effectue lui aussi en position Sanchin Dachi mais,contrairement à Sanchin, mains ouvertes. C'est un kata lui aussi relativement simple techniquement mais qui réclame beaucoup de pratique pour être "ressenti".

 

Katas supérieurs:

 

Jûrroku: Les seize techniques. Le kata Jûrroku a été créé par Kenwa Mabuni. C'est un kata composé de techniques assez simples mais dont l'exécution demande un bon niveau car c'est un kata qui s'effectue rapidement.

 

Bassaï Daï: Traverser la forteresse (grande forme). Le kata Bassaï Daï trouve son origine dans le Shuri-té. Il n'existait à l'origine qu'une seule forme du kata Bassaï. Ce kata est pratiqué aujourd'hui sous une grande (Daï) et une petite forme (Shô). Ce kata contient des techniques de saisie (kake-te) et une forme particulière de morote-tsuki présente également dans le kata Rohaï.

 

Bassaï Shô:Traverser la forteresse (petite forme). Le kata Bassaï Shô est un kata assez court. Il s'exécute rapidement (origine shuri-té) en prenant soin de marquer les techniques de défenses contre une attaque au baton que l'on trouve au début. Le travail des rotations est assez important.

 

Rohaï: Le kata du Miroir Clair. C'est un kata d'origine Shuri-te qui existait sous trois formes: Shodan, Nidan, Sandan. On retrouve ce kata dans différents styles comme le Wado-Ryû et sous le nom de Mekyo en Shotokan. On notera le mouvement d'ouverture du kata ainsi que plusieurs techniques en Sagi-ashi Dachi. On retrouve dans ce kata le morote-tsuki caractéristique du Bassaï-Daï.

et aussi Kôsôkun Daï, Kôsôkun Shô, Jitté, Jion, Sêpaï, Kururunfa, Sêenchin, Unshû,...source


 

 

21:59 Écrit par Pierre Florent dans Les Katas Shito Ryu | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |